Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
PhotoWorld

Fuji X-T20 : 2 ans après... Amour, haine et humilité !

18 Septembre 2019 , Rédigé par PhotoWorld Publié dans #Affinity Photo, #Capture One Pro 12 Fuji, #Logiciel de photo, #Matériel Photo, #Post production, #Traitement d'image, #retouche

Bonjour à tous !

Fin 2017, j'ai fait le choix de quitter l'écosystème des réflex Canon pour rentrer dans celui des hybrides Fuji. Deux ans plus tard, voici mon retour personnel sur une transition qui n'a pas été aussi simple que je l'espérais.

Chapitre 1 - L'amour

Les raisons qui m'ont poussé à quitter mon bon vieux Canon EOS 600D sont multiples : montée en ISO moyenne, faible couverture de l'autofocus (9 points d'AF seulement) et surtout poids et encombrement de l'ensemble. En effet, après une opération du dos, j'ai du revoir à la baisse la "charge totale admissible" pour la photo.

Je me suis donc tourné vers le Fuji X-T20 et son objectif de kit, le XF 18-55mm.

Il m'a fallu un temps d'adaptation pour commencer à utiliser "correctement" cet appareil (croyez-moi, les guillemets ne sont pas là pour faire joli!). Une fois passée l'épreuve de la transition (apprentissage des commandes, paramétrage et personnalisation du boîtier), les premières photos m'ont impressionnées par leur netteté. L'AF est nettement plus réactif et précis que sur mon 600D. C'est une évidence. Et avec 30% de pixels en plus, on perçoit encore mieux cette netteté appréciable.

Justement, avec 30% de pixels en plus, je craignais une baisse de performance dans les hautes ISO. Mais au final, là où j'avais définitivement bridé mon canon à ISO 1600 max (au-delà, c'est vraiment pas bon), avec le Fuji, je n'ai aucun mal à shooter à ISO 3200 en couleur et même ISO 6400 à noir et blanc.

Amour ! Amour! Amour !

Chapitre 2 : La haine

Mais, j'ai vite commencé à déchanter lorsque j'ai commencé à shooter en RAW pour faire de la retouche... En effet, il est de notoriété publique que le capteur X-Trans de Fuji a donné des sueurs froides aux fabricants de logiciels de retouche. Et même Adobe a été à la peine pour traiter correctement les fichiers RAF de Fuji.

A l'époque, j'utilisais Affinity Photo qui venait de sortir sous Windows. Et force et de reconnaitre qu'un RAW Fuji ouvert dans Affinity est plutôt mou... je suis donc parti en quête d'un logiciel capable de rendre hommage aux optiques Fuji. Et croyez-moi, j'ai cherché... Payants, gratuits, j'ai véritablement écumé le net pour trouver mon bonheur.

J'ai d'abord testé des logiciels gratuits : Darktable, RAWTherapee.

 

J'ai ensuite acheté un add-on reconnu pour son travail sur les RAW Fuji (Iridient X-Transformer) afin de pouvoir continuer à travailler avec Affinity Photo.

 

 

Puis, j'ai testé les version démo de Lightroom CC, ACDSee Professionnal et Exposure X4.

 

Puis je suis monté en gamme avec l'achat de Luminar 3 puis ON1 Photo RAW 2017 à 2019.6.

Ces deux derniers donnaient les meilleurs résultats, mais ma préférence allait (et va toujours d'ailleurs) à ON1 Photo RAW. Pour autant, sur un certain nombre d'images, les résultats notamment lorsqu'il s'agissait de retoucher la netteté n'étaient pas au top....

Puis octobre dernier, Phase One annonce un partenariat avec Fuji et sort Capture One Pro Edition Fuji (payant et pas qu'un peu....) et son compagnon gratuit Capture One Fuji Express.

Chacun de ces logiciels présente ses avantages et ses inconvénients. Mais au final, en termes de finesse des détails et de rendu colorimétrique, c'est véritablement Capture One qui a l'avantage. Les détails sont d'une incroyable finesse. J'ai fini par craquer et acheter une licence de Capture Pro 12 Fuji (moins chère que la version tout boîtiers, mais quand même).

Maintenant, je l'utilise couplé avec Affinity, à la manière du couple Lightroom+Photoshop d'Adobe. Et les résultat sont excellent!

Excellent ? Vraiment ????...

Et oui, après les vacances d'été, j'ai commencé à traiter mes photos et j'ai déchanté... Certaines photos étaient vraiment très belles avec des couleurs riches et une netteté remarquable. Et d'autres étaient juste affreuses... avec une dominante jaune horrible... (voir ci-dessous).

Et là, j'ai commencé à déprimer. Même en RAW, je n'arrivais pas à récupérer ces photos pour en faire quelque chose. Impossible de retrouver les belles couleurs que j'avais avec mon Canon. Cela m'a tellement déprimé que la semaine dernière j'envisageais très sérieusement de me séparer du Fuji et de passer chez SONY (un ami a un SONY a6500 dont il est très heureux...).

Et me voilà du côté de la haine ! La haine !!!!!

Chapitre 3 - L'humilité

Ce week-end, au plus fort de ma déprime suite à l'échec de mon expérience Fuji, ma femme m'a demande de trier les photos de notre fils et de ses cousin(e)s pour les faire tirer sur papier ("parce que c'est quand même plus sympa d'ouvrir un album en famille que de regarder un écran").

Et donc, me voila parti dans les profondeurs de mon disque, après avoir passé les années antérieure à l'achat de mon reflex, j'attaque le tri des photos faites avec le Canon. Et là, croyez-moi, j'ai enchaîné les visions d'horreur ! Comment ai-je pu faire de telles retouches ? Toutes les erreurs de débutants sont là... saturation trop marquée, netteté à la truelle, iris des yeux tellement éclaircis que ma nièce ressemble plus à un husky qu'à ma nièce... Et puis je tombe sur une photo qui m'en rappelle une autre...

Si, si... cherchez bien ! Même sujet (des vaches, un champ). Même lumière (ciel nuageux bien gris). Même teinte jaunâtre et même réglage de balance des blancs.... le mode AUTO WB !!!! Mais pas le même boîtier. Ici, on est bien sur du Canon !!!!

La prise de conscience a été pour le moins brutale... Comment ai-je pu rater ça !!! Par je ne sais quelle illusion de mon cerveau, j'ai tellement idéalisé les images de EOS 600D que j'en ai oublié ce qu'elles pouvaient être vraiment. Et à quel point les automatismes des appareils photo peuvent être nos pires ennemis...

Même cause, même punition ! J'en suis encore tout retourné en écrivant ces lignes...

Et en plus, j'ai incriminé mon appareil photo, alors qu'au final, c'est quand même bien moi qui n'ai pas su anticiper le problème et ajuster ma balance des blancs.

J'ai dit humilité ? J'aurais mieux fait de dire arrogance...

Pourquoi ? Pourquoi arrogance ? Ou bien, pourquoi diantre, puisque de toute façon c'est du RAW, pourquoi ne puis-je pas récupérer les bonnes couleurs ?...

Vous ne devinez pas la réponse ? Je n'utilise Capture One que depuis peu... Pensez-vous un instant que j'ai pris le temps d'étudier en détail le soft et ses possibilités. Bien sûr que non ! Si ce logiciel a la faveur de tant de professionnels, ce n'est certainement pas pour rien non ? Faire des photos, c'est bien, mais si ensuite, on bâcle le travail par pure fainéantise, ça sert à quoi, je vous le demande ?

Depuis, j'ai trouvé des tonnes de tutos super intéressants qui m'ont fait découvrir des fonctions géniales, tant dans Capture One que dans Affinity Photo.

En 3 jours, le rendu de mes photos a drastiquement changé. Plus naturelles mais aussi avec des couleurs plus riches et nettement moins fake !!!

Au passage, je remercie Bernie, un internaute qui a commenté un de mes récents articles sur les outils de suppressions de brume... Bernie a écrit : "Efficace pour passer d'une photo à une image!"...

Il avait tellement raison.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article